Facebook tente de montrer patte blanche sur le ciblage des internautes

La mécanique est connue : à chaque nouvelle fonctionnalité, il y a de fortes chance que Facebook rencontre des critiques. Notamment sur les données personnelles des utilisateurs, fonds de commerce de Facebook et sujet sensible chez les aficionados du réseau social.

L’apparition d’une timeline couvrant l’ensemble de la présence d’un usager sur Facebook, lamonétisation de plusieurs services, le changement des conditions générales d’utilisation d’Instagram… Tout est sujet à débats sans fin sur la politique de Facebook sur les données personnelles, et ce qui est perçu, à tort ou à raison, comme un manque de transparence.

Accord de transparence sur le ciblage 

Le réseau social tente donc de montrer patte blanche, et rend public un accord signé la semaine dernière avec le Concil of Better Business Bureau, association américaine à but non-lucratif, destinée à défendre les consommateurs et à adapter les pratiques commerciales des entreprises.

Facebook souhaite régler la question des publicités affichées sur le profil des membres, rapporte le New York Times. Elles utilisent de façon notoire un ciblage publicitaire, basé sur les données de navigation. Au sein de Facebook, mais aussi sur tous les sites ayant implémenté les fonctionnalités de Social Graph du réseau social.

En passant le curseur de la souris sur l’une de ces publicités, l’utilisateur devrait désormais voir une info-bulle notifiant le ciblage publicitaire. Insuffisant, selon certaines associations. Pour le Center for Digital Democracy, cité par le New York Times, “il est temps que Facebook prenne ses responsabilités pour informer noir sur blanc – pas gris [relatif à la couleur du bouton, NDLR] – sur la façon dont il exploite les données de ses utilisateurs.”

Insuffisance du dispositif 

Pas assez d’information, donc, et une fonctionnalité de désinscription des publicités trop fastidieuses. Il faut signaler par un “opt-out” la volonté de ne pas être ciblé, service de publicité par service de publicités. Et selon Facebook, qui ne donne pas de chiffre exact, “des dizaines de services” ont rejoint le programme.

Facebook semble donc vouloir éteindre les critiques plutôt que de faciliter une transparence réelle sur les publicités de services tiers mis en avant sur son réseau social. Ce qui n’étonnera guère : la publicité en ligne reste son principal outil de monétisation, et l’efficacité commerciale du réseau publicitaire qu’il tente de mettre en place sur l’ensemble du web ne pourrait que pâtir d’une information réellement transparente.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s